Derby de Bishkek: FK Dordoi – FK Dynamo 01/11/2012

BISHKEK – Jeudi 1er novembre 2012. La capitale Kirghize accueille un sommet du football local, le derby entre le FK Dordoi et le FK Dynamo. Si l’enjeu sportif ne soulève pas les foules, ce match met en lumière deux approches d’un football en plein reconstruction. Où les matchs se jouent dans la discrétion la plus totale…

Le FK Dordoï, confortable leader du championnat, accueille le Dynamo MVD dans son minuscule stade de la rue Sovietskaya. Si le match est un sommet de la « Top-Liga », la Fédération Kirghize de football brille par son sens du suspens: aucune annonce de l’heure et du lieu où se déroulera le match n’est publiée dans la semaine qui le précède. Au matin du match, celui-ci est supposé se dérouler à minuit le jour même, à en croire le site internet de la Fédération.

Du côté de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) et l’AFC (Confédération Asiatique de Football), le match est bien annoncé, mais sans date ni horaire. Seule source d’information fiable: le standard téléphonique de la Fédération, qui confirme l’horaire du match: 15h30. Pas de quoi attirer les foules en pleine semaine, mais le stade ne semble pas être suffisamment bien éclairé pour y organiser une rencontre nocturne. Si l’enceinte est de construction récente, sa taille est proportionnelle à l’intérêt des habitants pour le football local. Ce sont ainsi 45 spectateurs qui remplissent péniblement son unique tribune pour ce match décisif, à deux journées de la fin du championnat. Public de spécialistes, composé de femmes de joueurs, de jeunes joueurs du cru sortant de leur entraînement du jour et de vieux messieurs profitant de la gratuité du match pour venir croquer leurs graines de tournesol au frais.

L’entrée du stade se fait par l’arrière d’un magasin de sport qui borde la route. Pas de billetterie ni de contrôles de sécurité, les spectateurs vont et viennent à leur gré et les remplaçants sortent du stade pour aller accueillir leurs familles. Un simple coup d’œil à l’échauffement des joueurs permet de comprendre que nous sommes ici très loin des standards mondiaux en matière d’élite footballistique. Mélange de nonchalance et de jeux d’enfants, la préparation des joueurs manque cruellement d’encadrement technique.

Joueurs du Dynamo avant le match

Ici, on ne s’encombre pas plus avec la feuille de match qu’avec la billetterie. Il faudra donc visiter les sites internet des deux protagonistes du jour pour découvrir une différence de taille dans leurs effectifs respectifs: alors que le Dynamo ne compte que des joueurs kirghizes dans ses rangs, le FK Dordoi s’est attaché les services de plusieurs joueurs étrangers, venus de Russie, du Ghana, du Brésil ou du Cameroun. L’entraîneur de l’équipe Sergei Dvoryankov est également russe. Fort de ses excellents résultats depuis son arrivée à la tête de l’équipe en 2009, il a été nommé en parallèle sélectionneur de l’équipe nationale du Kirghistan en septembre 2012.

Dordoi Bazar, Bishkek

Une rapide discussion avec l’un des rares spectateurs présent 30min avant le coup d’envoi permet de comprendre la différence de moyens entre les deux clubs. Le FK Dordoi appartient au groupe Dordoi Association, propriétaire notamment du Dordoi Bazar, plus grand marché de détail d’Asie Centrale et poumon économique du pays, ainsi que d’innombrables supermarché, restaurants et sociétés de services. Une puissance économique qui permet au club de salarier plusieurs de ses joueurs, bien que la Top-Liga Kirghize soit officiellement un championnat amateur. Daniel Tagoe, attaquant ghanéen, expliquera lors d’un bref entretien gagner l’équivalent de 2000EUR/mois, soit un excellent salaire selon les standards locaux. Cette politique sportive semble porter ses fruits, avec 8 titres de champions depuis la création du club en 1998, ainsi que 5 coupes du Kirghistan et 2 titres continentaux, faisant du club l’un des poids lourds de la Coupe du Président de l’AFC, réservée aux équipes issues des 17 championnats les plus faibles de la Confédération asiatique. Né à Naryn, ville du Centre du pays située à 200km au Sud de Bishkek, le club a été régulièrement rebaptisé en 15 ans d’histoire. Il a adopté le nom actuel suite à son déménagement dans la capitale en 2010, à quelques encablures du Dordoi Bazar.

A l’inverse, le Dynamo est un club amateur, propriété d’une structure associative héritée de son histoire soviétique. Créé en 1931 sous le nom de Dynamo Frunze (nom de la ville de Bishkek de 1926 à 1991), le club omnisports est une émanation de la Société sportive soviétique Dynamo (Спортивное общество «Динамо») lancée en 1923 par Felix Dzerzhinsky sous le patronage de la GPU (police politique). Première société sportive soviétique, Dynamo se développe rapidement dans toutes les Républiques soviétiques. Soutenu tout au long de leur histoire par les autorités (GPU, puis NKVD et KGB), les clubs qui lui sont affiliés connaissent un succès constant jusqu’à la chute de l’URSS. En football, on peut notamment citer le Dynamo Moscou et le Dynamo Kiev, figures de proue du football soviétique. Le Dynamo Frunze remporte 4 titres de champions de la RSS Kirghize, avant d’être rebaptisé FK Dynamo Bishkek en 1992. Il changera ensuite 7 fois de nom, au rythme des changements de sponsors, remportant 3 titres nationaux à la fin des années 1990. Après avoir brièvement disparu suite à d’importantes difficultés financières en 2003, le club s’appelle aujourd’hui FK Dynamo MVD Bishkek et parvient à rivaliser avec les meilleures équipes du championnat.

Entrée des joueurs

Ce sont donc deux approches du football post-soviétique qui s’affrontent ce 1er novembre 2012. Et si peu de monde semble sans soucier, le protocole quelque peu excessif à l’entrée des joueurs rappelle aux spectateurs qu’ils s’apprêtent à assister à un match d’importance. Le FK Dordoi n’hésite en effet pas à faire entrer les joueurs sur l’hymne de la Ligue des Champions de l’UEFA (Union Européenne de Football Association), accompagné par de jeunes joueurs du club portant le drapeau de la FIFA et suivi de l’hymne national Kirghize. Ici, pas de fanfare, mais une sono bien laborieuse.

Porte-drapeaux de la FIFA

Le match se met en place rapidement, sous la domination du FK Dordoi. Si le jeu n’a rien de spectaculaire, les joueurs semblent bénéficier d’une bonne condition physique. Le match est dirigé par un arbitre international kirghize, selon un dirigeant du club. Côté tribune, l’apathie domine. Seuls quelques jeunes hommes donnent ponctuellement de la voix. Les entraîneurs, eux, peinent à se faire entendre en raison du fort trafic sur la rue Sovietskaya qui borde le stade. Tout cela n’empêche pas le FK Dordoi de rapidement dominer les débats, terminant la première mi-temps sur le confortable score de 3-1.

Sur le chemin des vestiaires, quelques journalistes locaux parviennent à interviewer les joueurs. L’ensemble du match sera d’ailleurs filmé avec une seule caméra, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agissait d’un journaliste ou d’un employé du FK Dordoi. La seconde mi-temps sera l’occasion pour le cameraman de saisir 3 buts supplémentaires, pour un score final de 5-2. Le FK Dordoi confirme ainsi sa domination du championnat Kirghize et se positionne pour un neuvième titre de champion.

Action de jeu
second plan: rue Sovietskaya

Sans public, sans communication, sans enjeu, ce match est symptomatique du marasme dans lequel est plongé le football Kirghize, incapable de rattraper un retard structurel accumulé pendant 60 ans de football soviétique. Le FK Dordoi, sûr de sa domination financière et sportive, devrait continuer à récolter l’essentiel des trophées nationaux sans pour autant participer au développement du football kirghize. Faute de réelle opposition, le club du bazar restera encore longtemps roi d’un championnat de pacotille.