La ligue panrusse de football, un projet géopolitique

Analyse des enjeux géopolitiques de la création d’un championnat russo-ukrainien de football, la «Ligue de Football Unifiée», projet porté par le PDG de Gazprom Alexeï Miller sur les cendres de la «Vyschaïa Liga» soviétique.

Article paru dans Regard sur l’Est – Dossier « Sports à l’Est »: http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1478&PHPSESSID=c82fbf32f1022631b33d487568741d0c

Publicité
Tournoi Unifié 2013

Le projet Edinaïa Foutbolnaïa Liga, «Ligue de Football Unifiée», porté par le PDG de Gazprom et Vice-Président de la Fédération russe de football Alexeï Miller revêt un ensemble de perspectives géopolitiques qui ont déjà conquis supporters et autorités russes. Elles pourraient bientôt contraindre les instances du football européen à avaliser la naissance du premier championnat transnational professionnel de la zone UEFA[1], à même d’accélérer le processus de déterritorialisation du football professionnel.

Un projet bâti autour de la mythologie sportive soviétique

Le monde du football soviétique était dominé par les clubs de Moscou et de Kiev, et, dans une certaines mesure, des principales villes russes et ukrainiennes et des capitales des républiques soviétiques. Dans les années 1990, les États nés de la dissolution de l’URSS ont chacun créé leur championnat national. L’unité du football soviétique a perduré au travers d’une éphémère équipe de la CEI (Communauté des États Indépendants), puis d’une Coupe de la CEI aujourd’hui tombée en désuétude.

C’est sur la promesse de faire revivre les duels russo-ukrainiens –qui ont trusté 89% des 48 titres de champion d’URSS– qu’A.Miller base la légitimité et l’attractivité de son entreprise. À l’échelle de l’espace post-soviétique, il peut présenter comme modèle un précédent couronné de succès: la création en 2008 du championnat de hockey sur glace Kontinental Hockey League, qui rassemble notamment des clubs russes, biélorusses, kazakhs, lettons et ukrainiens.

Sergueï Ivanov, chef de l’administration présidentielle russe, s’est notamment référé à cette expérience réussie pour justifier son soutien à la création de la ligue: «Ce championnat, qui sera destiné aux meilleurs clubs de trois à cinq pays de la CEI, doit devenir plus spectaculaire que n’importe quel championnat national. La même chose s’est produite dans le hockey et en basketball[2].»

Poursuite du recentrage occidental de l’élite du football russe 

En limitant la zone d’action de cette nouvelle compétition à «trois à cinq pays de la CEI», S.Ivanov confirme sa vocation européenne et l’inscrit dans la politique de recentrage occidental de l’élite du football russe menée depuis plusieurs années par les instances sportives et les autorités fédérales.

La Vyschaïa Liga russe créée en 1992 s’est disputée pendant plusieurs années sur un total de onze fuseaux horaires, obligeant joueurs et supporters à d’épiques déplacements. Mais depuis la fin des années 1990, elle s’est recentrée vers l’ouest du pays, avec la relégation des équipes basées en Sibérie et en Extrême-Orient. Le championnat se joue désormais sur deux fuseaux horaires, permettant aux clubs de réaliser des économies.

Les autorités fédérales n’ont pas fait preuve de leur habituel interventionnisme dans les affaires sportives pour maintenir un football d’élite en Extrême-Orient. Elles participent au contraire activement au façonnement de la nouvelle géographie du football russe: la Coupe du Monde 2018 devrait être organisée dans un espace limité, compris entre Kaliningrad à l’ouest et Ekaterinbourg à l’est, villes-hôtes de la compétition, aux dépens notamment du Caucase russe, qui n’accueillera aucun match en 2018 (à l’exception de Sotchi qui ne dispose pas de club professionnel). Par ailleurs, le Terek Grozny, seul club à avoir affiché une opposition frontale à la constitution de la Ligue Unifiée, est convaincu de ne pas pouvoir y prendre part.

Le football ukrainien est quant à lui dominé par deux clubs, le Dynamo Kiev et le Shakhtar Donetsk, propriété de l’oligarque Rinat Akhmetov, allié d’A.Miller dans ce projet. Ces deux clubs sont en mesure de rivaliser avec les meilleurs clubs russes. Le BATE Borisov et le Dynamo Minsk (Belarus) ont également manifesté leur intérêt, mais le manque d’infrastructures et le retard chronique de développement du football biélorusse ne leur permettront pas de participer avant plusieurs années. Enfin, les fédérations arméniennes et azerbaïdjanaises soutiennent le projet, mais il semble peu probable qu’elles soient invitées à prendre part au championnat.

conception/réalisation: Ronan Evain pour Regard sur l’Est – février 2014
(cliquer pour aggrandir)

 

Une vision du football qui rejoint celle des supporters 

C’est avant tout l’absence annoncée des clubs du Caucase russe qui semble séduire la frange la plus active des supporters, conformément à la vision racialiste du football ultra-majoritaire dans le supporterisme[3] russe, ukrainien et biélorusse. Attachés à la défense d’un football exclusivement slave, dont les principes ont notamment été énoncés dans le manifesteSelektsia-12[4] en décembre 2012, de nombreux groupes russes boycottent depuis 2011 les matchs joués dans le Nord-Caucase ou au Tatarstan.

Les supporters ukrainiens sont quant à eux plus partagés, en particulier dans les régions ukrainophones. Nombre d’entre eux, issus principalement de la mouvance ultra, prennent une part active au mouvement Euromaidan (notamment à Kiev, Lviv et Kharkiv) et une organisation de supporters du Dynamo Kiev a d’ores et déjà fait part de son opposition au projet. Mais s’ils font régulièrement appel à la symbolique patriotique ukrainienne dans leurs animations, les références à la fraternité slave et à son unité ethnique sont tout aussi courantes. Compte tenu de l’attachement des principales bases de supporters aux derbys russo-ukrainiens et de la perspective de voir se maintenir le titre de Champion d’Ukraine au sein de la Ligue Unifiée, le projet devrait pouvoir s’imposer dans les tribunes ukrainiennes.

Les groupes de supporters de ces trois pays sont par ailleurs liés par des relations d’amitié, d’intérêt ou conflictuelles, renforcées par la maîtrise d’une même langue. Ils sont imprégnés d’une même culture du supporterisme et ont développé des pratiques similaires à l’extérieur des stades. Le «free-fighting», affrontement en terrain neutre et à nombre égal, s’y est ainsi développée de manière parallèle. Un renforcement de l’intégration régionale et la multiplication des matchs faciliteraient les déplacements et les rencontres, pouvant participer à un renforcement de ces pratiques.

La nécessaire refonte du football post-soviétique 

À l’heure où le football russe poursuit son intégration européenne en instaurant pour la première fois en 2012-2013 un championnat dit «d’hiver» (compétition jouée de septembre à mai), les principaux clubs russes peinent à attirer les foules et à diversifier leurs sources de revenus, et donc à se conformer à la nouvelle règlementation européenne du Fair-Play Financier[5]. Fragilisés par leur dépendance aux quelques fortunes, administrations régionales et monopoles d’État qui les maintiennent sous perfusion au travers d’une gouvernance opaque et paternaliste, ils sont contraints de développer de nouvelles approches marketings et financières permettant de regagner l’intérêt du public et d’ouvrir la porte à un modèle économique pérenne. La Ligue Unifiée s’inscrit dans cette démarche, avec notamment comme objectif d’améliorer le taux de remplissage des stades russes qui stagnait à 46% pour la saison 2012-2013[6].

Gazprom s’est engagé à financer la Ligue Unifiée à hauteur d’un milliard d’euros par saison pendant cinq ans, auquel viendraient s’ajouter les droits télévisuels, pour arriver à un total garanti de 36 millions d’euros par club et par saison, contre 14 millions aujourd’hui selon Leonid Fedun, propriétaire du Spartak Moscou et Vice-Président de la compagnie pétrolière Lukoil[7].

Lancé le 26 décembre 2012, le Comité d’organisation de la ligue russo-ukrainienne est présidé par l’ancien entraîneur du CSKA Valéry Gazzaev. Il rassemble la majorité des clubs de l’élite russe, au point d’officialiser le 18 février 2013 le soutien de la Premier Liga. Côté ukrainien, seuls le Dynamo Kiev et le Shakhtar Donetsk ont manifesté leur soutien au projet. Ces deux clubs ont d’ailleurs participé en juillet 2013 au premier « Tournoi Unifié », en compagnie du Zenit et du Dynamo Moscou. En revanche, en Ukraine comme en Russie, les Fédérations nationales expriment des réserves en se référant aux positions de l’UEFA.

Divisés par des intérêts divergents et des relations avec le football russe conditionnées notamment par l’opinion publique de leurs régions d’origine, les clubs ukrainiens ne semblent pas, à l’inverse de leurs homologues russes, prêts à entamer un bras de fer avec les instances du football. Mais ils mènent une réflexion apaisée sur le sujet, loin du calendrier imposé par A.Miller.

Un rapport de force avec l’UEFA dont Gazprom pourrait sortir vainqueur 

L’engagement de Gazprom dans la création de ce championnat pose la question de l’équité sportive, la société parapublique finançant une compétition à laquelle le club dont elle est propriétaire va prendre part. Le soutien affiché des autorités russes, à l’exception du ministre des Sports, s’explique notamment par sa corrélation avec la politique d’intégration régionale menée par le Président Vladimir Poutine vis-à-vis de l’Ukraine. Mais il peut aussi s’expliquer par l’influence d’A.Miller dans les sphères décisionnelles et par la surreprésentation des supporters du Zenit au sein des autorités russes –le Président Poutine et le Premier Ministre Medvedev sont des supporters affichés de ce club. Ces éléments pourraient permettre à A.Miller de créer une compétition au service de son ambition: gagner la Ligue des Champions avant 2020.

Alexeï Miller et Dmitri Medvedev
stade Petrovski – Saint-Pétersbourg (02 novembre 2011)
licence CC – www.kremlin.ru

La Fédération Internationale de Football a affiché son opposition au projet. Bien que n’étant pas compétente sur ce sujet, l’UEFA s’est montrée de son côté plus intéressée. Cette position semble s’inscrire dans la politique de déterritorialisation du football menée par Michel Platini depuis son accession à la présidence de l’UEFA en 2007, qui l’a notamment amené à soutenir l’organisation du Championnat d’Europe de football 2020 sur tout le continent et à envisager d’y convier des sélections extra-européennes. Ayant bénéficié du soutien des fédérations d’Europe orientale au moment de son élection, Platini pourrait également être amené à renvoyer l’ascenseur dans la perspective de sa candidature à la présidence de la FIFA en 2015.

Afin de s’assurer de convaincre l’UEFA, Miller et ses partenaires doivent à la fois s’engager en faveur de l’équité sportive et de la préservation des instances nationales du football. Mais si ces dispositions devaient s’avérer insuffisantes, Miller et ses partenaires semblent prêts à s’engager dans un bras de fer avec l’UEFA dont ils pourraient bien sortir vainqueurs, en raison notamment de l’importance du soutien de Gazprom au football européen. Sponsor des prestigieux Schalke 04 (Allemagne) et Chelsea F.C. (Angleterre, propriété de Roman Abramovitch), ainsi que de la Ligue des Champions, Miller dispose d’importants leviers qui pourraient lui permettre de s’imposer dans un rapport de force avec l’UEFA dont il prépare le terrain depuis des mois en annonçant le lancement de la Ligue Unifiée pour la saison 2014-15.

Soutenue par les autorités russes et conforme à la politique menée par l’UEFA, l’Edinaïa Foutbolnaïa Liga pourrait ainsi devenir rapidement une réalité sportive et géopolitique à même de bouleverser les fondements du football européen. Forte de sa légitimité culturelle et historique, portée par l’un des principaux acteurs financiers du football européen, elle est en mesure de s’imposer comme une alternative viable à l’actuel marasme sportif et financier du football post-soviétique, et préparer le terrain à l’organisation de la Coupe du Monde de football 2018 en Fédération de Russie.

Notes:
[1] Union des Associations Européennes de Football
[2] Cf. la vidéo sur NTV: «Le Kremlin soutient la création de la Ligue de Football Unifiée de la CEI»: http://www.ntv.ru/novosti/376087/
[3] Williams Nuytens, «Le supporterisme des jeunes passionnés», Agora débats/jeunesses, n°37, 2004, p.22-31.
[4] Publié sur le site de Landskrona (supporters du Zenit): http://landscrona.ru/articles/index.php?id=3590
[5] Outil de régulation financière mis en place par l’UEFA visant à limiter les dépenses des clubs de football à leurs seuls revenus.
[6]Source: Union Russe de Football.
[7] Michael Kavanagh, Guy Chazan and Roman Olearchyk, «Support for Russia-Ukaine Football Tie-up», Financial Times, 24 mars 2013.

* Doctorant à l’IFG (Paris VIII) et à RGGU de Moscou.

On était à la finale de la Coupe de Russie

SO FOOT. Grozny, 1er juin 2013. La capitale de la Tchétchénie est plongée dans une torpeur caniculaire qui ne laisse en rien présager que l’ancienne ville martyre de la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) s’apprête à devenir pour quelques heures la capitale du football russe. Délocalisée au cœur du Caucase russe, la finale de Coupe de Russie 2013 est certainement la plus controversée de la jeune histoire de cette compétition. Mais les efforts de Ramzan Kadyrov pour placer son pays sur la carte du football européen semblent avoir porté leurs fruits et la Fédération russe a cédé aux sirènes tchétchènes, au risque d’offrir aux spectateurs un spectacle totalement surréaliste.

article paru sur SO FOOT : http://www.sofoot.com/on-etait-a-la-finale-de-la-coupe-de-russie-170116.html

Entamée il y a 3 ans à l’occasion de la finale 2010 jouée entre le Zenit Saint-Pétersbourg et le Sibir Novossibirsk à Rostov-sur-le-Don, la politique de délocalisation de la finale de Coupe de Russie a atteint aujourd’hui son paroxysme avec l’organisation de ce match au cœur de l’ancienne République séparatiste. Sous couvert de philanthropie et de développement régional, la Fédération russe réalise en réalité une bonne opération financière en s’associant à la politique sportive outrancière de Ramsan Kadirov : en fuyant Moscou et ses stades inadaptés ou inachevés, elle confie une part importante des frais d’organisation à son hôte et s’assure ainsi des revenus confortables.

Mais le public ne semble pas partager cette vision des affaires sportives, dans un football hyper centralisé autour de Moscou et miné par d’importantes tensions culturelles et confessionnelles. Les organisations de supporters du CSKA avaient annoncé la couleur dès la qualification de leur club pour la finale, en appelant l’ensemble de leurs camarades à boycotter le match. Non pas en raison de la distance (1800km et 41h de train depuis Moscou) mais pour des motifs politiques, bon nombre de supporters moscovites ne reconnaissant pas la légitimité des clubs du Caucase à participer aux compétitions russes. Et si ces organisations ont mis en avant des considérations sécuritaires, et notamment le risque d’attentat, les véritables raisons de ce boycott sont à chercher ailleurs selon Stas, supporter du CSKA âgé de 28 ans : « On boycotte tous les matchs joués dans le Nord-Caucase depuis plusieurs saisons. Je n’ai aucune envie de suivre mon équipe dans ces trous et risquer de me prendre une balle ou un coup de couteau par un de ces animaux. Mais ça reste la Russie et je sais qu’en tant que russe je peux y voyager quand je veux et comme je veux. Mais aller dans ces stades de merde, c’est accepter que les équipes du Caucase participent au football russe. Et moi, c’est pas comme ça que j’imagine le football… » C’est donc seulement une petite centaine de supporters du CSKA qui ont fait le voyage, contre environ 10.000 fans de l’Anji venus pour la plupart en bus du Daghestan voisin. Mais les supporters des nouveaux riches du football russe découvrent encore les joies du supportérisme et c’est un calme surprenant qui règne autour du stade à 1h du coup d’envoi.

« Un grand moment de l’Histoire tchétchène » 

Pourtant, les autorités locales ont fait les choses en grand et les artères qui mènent au stade flambant neuf du Terek Grozny sont recouvertes d’arches aux couleurs des deux clubs finalistes et d’affiches annonçant la confrontation entre le « Conte de fée russe » (CSKA Moscou) et la « Légende caucasienne » (Anji Makhatchkala). Si les innombrables ballons gonflables éclatent sous l’action du soleil caucasien, le cérémonial semble bien rodé. Autorités tchétchènes et Fédération russe avaient affiché au préalable leurs ambitions afin de faire de cet évènement « un grand moment de l’Histoire tchétchène. » C’est donc en toute simplicité que la Coupe de Russie a fait son arrivée au stade Akhmad Kadyrov, escortée par 4 molosses en survet’ de l’équipe olympique russe dans une Rolls Royce noire immatriculée 777. Avant cela, elle avait été trimballée dans toute la République Tchéchène pendant 5 jours, faisant un passage remarqué à l’Académie Ramzan (centre de formation créé par le Président tchétchène), répandant « joie et sourires autour d’elle » selon la Fédération russe. 

A l’entrée du stade, les organisateurs annoncent la couleur : la finale de la Coupe de Russie 2013 sera tchétchène. Drapeaux russes et tchétchènes font jeu égal et un portrait gigantesque d’Akhmad Kadirov, père et prédécesseur de Ramzan à la tête de la République, orne les murs extérieurs du stade qui porte son nom. De fringants jeunes hommes accueillent les visiteurs en tenue traditionnelle tchétchène, sabre à la ceinture, et le logo du stade est le seul qui semble avoir été autorisé à figurer sur les murs. Entremêlant drapeaux russe et tchétchène autour des initiales d’Akhmad Kadirov et de deux couronnes de blé, le tout surmonté du croissant et de l’étoile islamique et souligné du nom du stade en lettres d’or, il n’obéit à aucun des canons du marketing sportif pratiqué en Europe de l’Ouest.

Sur le plan de l’organisation en revanche, la Fédération russe n’a rien à envier à l’UEFA : partenaires omniprésents, buvette sponsorisée et musique assourdissante crachée dans la sono avant le coup d’envoi. Le dispositif de sécurité est conséquent (plus de 2500 militaires et policiers), afin notamment d’écarter tout risque d’attentat. Si la Tchétchénie est désormais pacifiée, le Daghestan voisin subit des attaques de groupes islamistes de façon quasi-quotidienne et Grozny a gardé le souvenir de la mort d’Akhmad Kadyrov en 2004, tué par une bombe placée dans un pilier en béton du stade Dynamo. Une fois passés les multiples portails de détection de métaux, l’ambiance est pourtant bon enfant malgré le mélange hétérogène de supporters de l’Anji, d’habitués du stade venus avec leur panoplie du Terek et de sponsors et autres partenaires.

Lassana Diarra buteur

Là encore, les couleurs de la République tchétchène sont omniprésentes. Un tifo représentant les drapeaux tchétchènes et russes est notamment hissé par des volontaires locaux et les joueurs entrent sur le terrain en tenant la main d’enfants habillés eux aussi du costume traditionnel tchétchène. Kadirov fils fait même un passage sur le terrain avant le coup d’envoi, rayonnant d’orgueil personnel en constatant la bonne tenue de l’évènement qu’il a imaginé et dont il a supervisé l’organisation, au point d’entamer seul une danse caucasienne en face de joueurs médusés. Car en matière de football, l’excentrique Président tchétchène ne regarde pas à la dépense, paradoxe dans une République qui vit sous perfusion de fonds fédéraux. Il s’était ainsi offert les services de nombreux retraités brésiliens en 2010, avant d’inviter Maradona, Zomorano, Figo, Boghossian and co. à venir tester la toute nouvelle pelouse du stade Akhmad en 2011. Dans les deux cas, Ramzan avait enfilé le short et s’était illustré par la médiocrité de son football. Et s’il semble aimer ce sport, il en a avant tout fait un outil de politique intérieure, flattant la fierté tchétchène pour mieux la contrôler. Il tient également là un formidable outil au service du culte de sa personnalité, qui amène le club dont il est Président d’honneur à distribuer des drapeaux à son effigie lors des matchs à domicile. Et même si avec 40 millions d’euros de budget le club n’est pas à même de rivaliser avec le Zenit, l’Anji ou les clubs moscovites, Kadyrov semble se contenter de ces résultats et s’affiche régulièrement avec son équipe. Au point parfois de se laisser emporter par son enthousiasme, comme en mars dernier où il s’est permis d’insulter l’arbitre via la sono du stade à la fin d’un match contre le Rubin Kazan, avant d’aller l’empoigner dans les vestiaires avec l’aide de ses gardes du corps. Cet épisode avait d’ailleurs donné du grain à moudre aux pourfendeurs de la finale tchétchène. Associé à la suspension à vie d’un arbitre de touche ayant tabassé un joueur de 17 ans de l’Amkar Perm à la fin d’un match joué à Grozny en avril et aux photos de Kadirov posant avec un jeune homme condamné en 2011 pour la mort d’un Ultra du Spartak, il avait servi de démonstration aux tenants de barrières culturelles insurmontables entre football russe et caucasien.

Sur le terrain, le match est bien enlevé, avec deux équipes qui jouent un football très offensif dès le coup d’envoi. Aidé par une défense d’Anji perméable, Ahmed Musa parvient à ouvrir le score pour le CSKA dès la 7ème minute, sur une grosse erreur du gardien Vladimir Gabulov. S’en est suivi une forte domination de l’Anji, qui mettra à de nombreuses reprises Igor Afinkeev, gardien de but du CSKA, à contribution. Celui-ci sortira un match exceptionnel, donnant régulièrement l’impression d’être le seul joueur du CSKA concerné par les phases défensives. Celui qui restera très certainement comme le meilleur gardien de la saison en Russie n’a pu en effet compter que sur lui-même pour amener son équipe jusqu’à la mi-temps, l’arbitre oubliant au passage deux penaltys évidents pour l’Anji. Gagnant en pressing au retour des vestiaires, les joueurs du CSKA semblent se limiter à de grands ballons en direction de Musa, qui mettra à plusieurs reprises Galubov en difficulté. De son côté, l’Anji continue de produire un jeu de qualité, Eto’o buttant à plusieurs reprises sur un Afinkeev toujours aussi affuté. C’est finalement le français Lassana Diarra qui parvient à tromper Afinkeev d’une énorme frappe à l’entrée de la surface de réparation (73’). Auteur d’un bon match jusque-là, Diarra récolte les fruits d’un pressing efficace qui lui permet de marquer son premier but sous les couleurs de l’Anji. Les 25min restantes verront Samuel Eto’o se créer de multiples occasions sans parvenir à concrétiser et l’expulsion du milieu suédois du CSKA Pontus Wernbloom à la 87’ pour une jambe levée un peu trop haut.

Les prolongations ne repartent pas sur le même rythme et les deux équipes semblent épuisées par les 30°C du printemps caucasien. Malgré un jeu offensif et la prise de risque orchestrée par son manager Guus Hiddink, l’Anji ne parvient pas à éviter une séance de tirs au but qui s’annonce compliquée face à un grand Afinkeev. S’il parvient à sortir la frappe de Zhirkov, tout comme son homologue s’impose face à Musa, c’est le tir du brésilien Jucilei au-dessus de la barre qui offre une avance précieuse au CSKA. Le club moscovite fini par s’imposer et remporter la 7ème Coupe de Russie de son histoire sur une magnifique panenka de l’ivoirien Seydou Doumbia. Malgré son budget pharaonique, Samuel Eto’o et son incroyable discussion avec le ballon au cours de la séance de tir au but, l’Anji termine une nouvelle saison sans titre. Mais le club daghestanais parvient néanmoins à se qualifier pour l’Europa League à la faveur de sa 3ème place en championnat. Avec ou sans Guus Hiddink, âgé de 67 ans et arrivé en fin de contrat, l’Anji devrait continuer la saison prochaine son ascension dans l’élite du football russe. Le CSKA signe quant à lui un doublé Coupe-championnat et confirme son renouveau.

Le cirque Kadirov

La fin de match est l’occasion pour Kadirov de donner pleine mesure à sa folie. Sabordant le protocole, il remet lui-même les médailles aux deux équipes, offrant une étreinte virile à chaque joueur, au point d’en faire trembler les tresses bleues de Vagner Love. Le temps pour les organisateurs de déployer un immense logo du stade Akhmad sur le terrain et de monter une forteresse caucasienne en carton-pâte destinée à accueillir les vainqueurs, Kadirov dévale les marches de la tribune d’honneur pour débarquer sur le terrain empli d’un enthousiasme juvénile. Vêtu d’une tunique bleue taillée sur mesure, d’un chapelet de prière musulman et d’énormes lunettes de soleil, il est accueilli autour de la Coupe de Russie par deux garçons et deux filles en costumes traditionnels, qui laissent s’envoler des colombes à son arrivée. Poursuivant son travail de sape, il s’empare alors de la Coupe et la remet lui-même aux joueurs, avant de remonter dans les tribunes pour plaisanter avec le sélectionneur russe Fabio Capello.

Le cirque mis en place aujourd’hui par Ramzan Kadyrov est symptomatique de sa gestion de la Tchétchénie. Enfermée dans un culte de la personnalité qui confine souvent au ridicule, cette petite république du Caucase russe multiplie les dépenses somptuaires malgré une économie peu dynamique. Si le sympathique Ramzan est l’objet de railleries perpétuelles pour son amour des survets’, des tigres et des armes dorées, la Tchétchénie reste une terre peu propice au respect des Droits de l’homme et à la liberté d’expression. Et si les deux fillettes présentes autour de Kadyrov lors de la remise du trophée arboraient un voile sur leurs cheveux, c’est pour mieux rappeler la récente obligation faite aux femmes tchétchènes d’arborer en toutes circonstances une tenue conforme aux préceptes de l’Islam, selon une étude publiée en 2011 par Human Rights Watch.

Par Ronan Evain à Grozny

 


Sergey Novikov, photographe du football post-soviétique

Sergey Novikov, autoportrait belge

Artiste improbable né à Cheboksary (Tchouvachie) à la fin des années 1970, Sergey Novikov photographie de manière quasi-obsessionnelle les hérauts anonymes du football champêtre post-soviétique et les stades qui « n’ont pas eu la chance de concourir pour accueillir des matchs de la Coupe du Monde 2018 » (Esquire).

 

Valday, Novgorod region / série Grassroot
© Sergey Novikov

Sa vision fantasmée, délirante du football amateur, il la résume en quelques phrases:

Et soudain les choses changèrent. Les matchs les plus importants commencèrent à se dérouler dans les stades les plus pittoresques, dispersés dans les zones les plus reculées du grand pays. La finale de la Coupe nationale se joua dans la ville carélienne de Pryazha et les joueurs du club de Mourmansk « Laplandia » tournèrent dans une campagne publicitaire pour des sous-vêtements. Les talentueux joueurs professionnels de la Première Ligue purent renouer avec leurs racines et retournèrent à leurs clubs d’origine. Les supporters partirent faire du tourisme footballistique, visitant les équipes régionales et leurs stades inconnus. L’Eglise orthodoxe russe devint le sponsor en titre du championnat national. Les gens déplacèrent le gazon artificiel de nombreux stades. La beauté devint la principale attraction de tout événement sportif (Sergey Novikov, 2012)

FC Laplandiya, Murmansk / série National Team
© Sergey Novikov

Publiant régulièrement dans PROsport, Russian Reporter, Bolshoi gorod ou Rolling Stone (Italy), il livre une vision naïve et brute du football amateur russe, inspirée notamment par Alex Webb et sa série Crossings. Son travail est compilé dans l’album « FC Volga United« , publié en 2011 à compte d’auteur.

Andrey Arlashin, 21, midfielder – FC Volga Tver, 2nd division, West zone / série FC Volga United
© Sergey Novikov

Pour cet ouvrage, il a remonté la Volga à la rencontre des 9 équipes de football (professionnel et amateur) portant le nom de ce fleuve:

Cette histoire, qui s’écoule entre deux berges, est consacrée aux gens et aux lieux qui longent la plus longue rivière d’Europe, la Volga (Sergey Novikov, 2011)

FC Volga United, Sergey Novikov – 2011

Pour plus d’information sur Sergey Novikov et son travail:

http://sergeynovikov.com/

FC Olenegorsk, Murmansk region / série Grassroot
© Sergey Novikov
FC Troitsk, Moscow region / série Grassroot
© Sergey Novikov
FC Arsenal Snezhnogorsk, Murmansk region / série National Team
© Sergey Novikov
série FC Zenit Vetren Dol (Bulgaria)
© Sergey Novikov

M’Vila au Rubin Kazan : rebondir chez l’étoile filante du football russe

LE PLUS. Annoncé en Angleterre, Yann M’Vila a finalement opté pour la Russie. L’ex grand espoir du football français, suspendu en Bleu jusqu’en juillet 2014, a signé au Rubin Kazan. Un choix surprenant ? Ronan Evain, spécialiste du football russe, nous éclaire sur ce club, ses caractéristiques et son niveau sportif réel.

article paru sur Le Plus – Nouvel Obs: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/768180-m-vila-au-rubin-kazan-rebondir-chez-l-etoile-filante-du-football-russe.html

Yann M’Vila à une conférence de presse lors de l’Euro 2012 à Donetsk en Ukraine, le 16 juin 2012 (CIPRIANI/SIPA).

Un pont entre deux mondes. C’est ainsi qu’est habituellement présentée la ville de Kazan, capitale de la République du Tatarstan traversée par la Volga, à quelques 700km à l’Est de Moscou. Si l’image est éculée, elle reflète le sentiment ressenti par tout visiteur qui pénètre pour la première fois dans le Kremlin de Kazan, principale attraction de la ville.

Kazan, un modèle de cohabitation religieuse

L’enceinte historique accueille en son cœur des églises orthodoxes pluri-centenaires et différents sièges du pouvoir local, mais également la plus grande mosquée d’Europe. Couronnée d’un bleu clinquant, elle a été inaugurée en 2005 à l’occasion du millénaire de la ville et est sensée réconcilier Kazan avec une identité trop longtemps enfouie durant la période soviétique.

Peuple d’origine turcique, les tatars ont été intégrés à la Russie d’Ivan le Terrible à la suite de la prise de Kazan en 1552. Maintenant langues et traditions malgré d’incessantes politiques de russification de la région, ils sont aujourd’hui majoritaires dans une République du Tatarstan également peuplée de Russes à hauteur de 42%.

Majoritairement musulmans sunnites, ils ont fait de Kazan un modèle de cohabitation religieuse, souvent érigé en exemple dans une Russie aux multiples tensions ethniques et religieuses.

Aujourd’hui affirmée, la culture tatare est mâtinée d’un fort sentiment d’autonomie vis-à-vis de Moscou. Niché à un jet de pierre du Kremlin, le « Stade Central » est également le théâtre de ce renouveau culturel. L’antre du Rubin Kazan est aujourd’hui l’un des principaux lieux d’expression de la fierté tatare au sein de cette capitale multiculturelle.

Un club à la symbolique régionale forte

Créé en 1958, le club de la capitale tatare a végété dans un relatif anonymat pendant près de 50 ans. Enfouit dans les bas-fonds de la troisième division, il ne soulève pas les foules au sein d’un football soviétique pourtant extrêmement populaire. Alors que les clubs moscovites ou caucasiens jouent devant un public bouillonnant, le Rubin peine à remplir le « Stade Central » qu’il occupe encore aujourd’hui.

Club phare de la région, il s’impose comme porte-drapeau de la fierté tatare au milieu des années 1990. Racheté par la ville de Kazan en 1994 et financé par la République du Tatarstan, le club devient rapidement un enjeu de politique intérieure et extérieure pour les autorités locales. Sous l’impulsion de Kamil Iskhakov, directeur de l’administration municipale devenu président du Rubin, le club va connaître une ascension fulgurante, passant de la 3e Division-Centre à l’élite du football russe en 6 ans.

Si le club renonce progressivement à son rôle de pépinière du football local, passant d’un effectif quasi-exclusivement tatar à une équipe internationale comptant seulement une poignée de joueurs russes, il se dote en parallèle d’une symbolique régionale forte.

Évoluant sous un maillot rouge et blanc depuis le milieu des années 1960, le club adopte en 1996 les couleurs du drapeau du Tatarstan – le rouge et le vert, tout en affichant un nouveau blason formé de ces mêmes couleurs et du dragon Zilant, symbole de la ville de Kazan.

Lorsqu’il quitte ses fonctions en novembre 2005 pour devenir l’envoyé plénipotentiaire du président russe dans le district extrême-oriental, Iskhakov laisse derrière lui un club en excellente santé financière terminant au pied du podium de la 1ère division. Il est redevenu depuis peu vice-président du Rubin et son rôle prédominant dans la signature de Yann M’Vila confirme son rôle toujours central au sein de la direction du club.

Le Rubin, un enjeu de politique locale

Aujourd’hui encore propriété de la ville de Kazan, le Rubin est entièrement contrôlé par les autorités locales.

Fort de la puissance financière des entreprises publiques tatares, qui jouent un rôle prédominant dans le secteur énergétique russe, le club possède des ressources financières conséquentes qui lui permettent de multiplier les succès sportifs ces dernières années, dont notamment deux titres de champion de Russie, une Coupe de Russie et des participations remarquées en Ligue des champions.

La récente nomination de Valery Sorokin, ancien directeur général de la structure de promotion des investissements extérieurs au Tartarstan, au poste de président du Rubin renforce les liens entre le club et le tissu économique local.

L’implication de la République du Tatarstan dans le gestion du club s’effectue quant à elle indirectement au travers des deux principaux sponsors : la société pétrolière TAIK-NK et le producteur d’électricité TGK-16, entreprises entièrement détenues par le gouvernement local.

Kazan, « capitale sportive de Russie »

Le Rubin est devenu la tête de gondole d’une ville qui se considère elle-même comme la « capitale sportive de Russie » et qui multiplie les investissements colossaux dans le domaine du sport.

Ville-hôte de l’Universiade 2013 (Olympiade universitaire), Kazan accorde une importance démesurée à cet évènement sportif mineur en érigeant des infrastructures sportives de très grande qualité, et notamment la nouvelle « Rubin Arena » qui accueillera les matchs du Rubin à compter d’août prochain. Ce stade ultra-moderne de 45.000 places permettra également à Kazan d’organiser plusieurs matchs de la coupe du monde 2018.

Mais il risque de sonner bien vide lors des rencontres du Rubin, qui peine aujourd’hui à remplir son vieux Stade Central avec une affluence moyenne de 16.000 spectateurs, malgré le travail effectué par les groupes de supporters avec le soutien de la direction du club. Loin des ambiances surchauffées et des batailles rangées qui caractérisent le football russe depuis la fin des années 1990, les supporters du Rubin se font remarquer par leur relative apathie.

Les joueurs du Rubin Kazan célèbrent leur qualification pour le Ligue des champions, le 26 juillet 2011 (A.LUKATSKY/SIPA).

Très liées à la direction du club, leurs associations bénéficient de nombreux avantage dont le contrôle de l’entrée de leur tribune qu’ils doivent remplir par tous les moyens. Il n’est ainsi pas rare que les portes du stade soient grand ouvertes à quelques minutes du coup d’envoi afin de garantir un taux de remplissage acceptable.

Artisans de l’affirmation de l’identité tatare du club, ces supporters multiplient les animations faisant référence à l’histoire de la République, tout en participant activement à la distribution des drapeaux tatars offerts par le gouvernement local à l’occasion des matchs joués à domicile.

Afin de remédier au peu d’intérêt des habitants de la sixième ville de Russie pour son club de football, les autorités locales souhaitent aujourd’hui redonner au Rubin son rôle de figure de proue du football tatare.

Le club a ainsi pris le contrôle en 2007 de son voisin le FC Neftekhimik Nijnekamsk, devenu depuis la pépinière de talent du club. Comptant dans ses rangs une majorité de joueurs tatars, dont certains ont vocation à intégrer l’effectif du Rubin dans les années à venir, le FC Neftekhimik pourrait permettre au club de renouer avec son enracinement local tout en renforçant son identité tatare.

Un marqueur identitaire pour les musulmans de la région

Mais si le Rubin ne mobilise pas les foules à domicile, il jouit d’une forte popularité en-dehors des frontières du Tatarstan. Club de tous les tatares disséminés en Russie occidentale et en Crimée, il est devenu depuis ses récents succès extrêmement populaire dans les territoires à majorité musulmane de l’espace post-soviétique.

Il est ainsi devenu en quelques années un marqueur identitaire important pour nombre de musulmans de la région, à commencer par le président Turkmène Gurbanguly Berdimuhamedow.

Supporter affiché du club, il n’est pas étranger aux nombreux drapeaux turkmènes qui fleurissent parmi les supporters du Rubin lors des matchs joués à Moscou, en compagnie de drapeaux azéris ou kirghizes.

Les prises de position de l’entraîneur Kurban Berdye, lui aussi turkmène, contribuent à renforcer cette représentation. Illustre inconnu à son arrivée en 2001, Berdyev s’est formé au métier d’entraîneur dans les rugueux championnats d’Asie Centrale.

Enchaînant les succès depuis son arrivée au club, il est considéré comme un véritable « gourou » par certains de ses joueurs. Superstitieux et extrêmement religieux, il s’affiche avec un bracelet de prière musulman à chacune de ses apparitions publiques.

Une attractivité sportive toute relative

Pour Yann M’Vila, l’attractivité du Rubin semble toute relative. Si le club dispose d’un budget suffisamment important pour offrir à l’international français un confortable salaire annuel de 3 millions d’euros, sa progression sportive fulgurante semble ralentir et le club n’est pas aujourd’hui en mesure de jouer les premiers rôles en championnat de Russie.

Il reste néanmoins en lice en Europa League, compétition dans laquelle il doit affronter l’Atletico Madrid les 14 et 21 février prochain. Mais les températures glaciales qui règnent en hiver sur Kazan, qui affiche -19°C en ce matin du 25 janvier, pourraient causer d’importante difficulté d’adaptation au joueur qui s’installe en milieu de saison. La modification du calendrier du football russe, désormais calqué sur le reste de l’Europe, a multiplié les matchs joués dans conditions hivernales extrêmes.

Et il est aujourd’hui difficile de mesurer l’impact de ce bouleversement sur l’intégration des joueurs étrangers dans le football russe. Mais Yann M’Vila dispose de quelques semaines pour découvrir les charmes de l’hiver tatar, puisqu’il ne disputera son premier match de championnat à domicile qu’une fois la trêve hivernale terminée, à l’occasion de la réception du Zenit Saint-Pétersbourg le 10 mars prochain.

Si la ville de Kazan offre un intérêt patrimonial et culturel certain, les transformations qu’elle a subies à l’occasion des célébrations du millénaire de sa fondation en 2005 ont défiguré durablement toute une partie du centre-ville.

Et elle n’offre pas aux footballeurs expatriés les mêmes attraits que la capitale moscovite, dont la vie nocturne et les structures d’accueil (résidences de standing européen, écoles internationales, etc.) semblent convenir à bon nombre de joueurs étrangers.

Mais c’est peut-être une tranquillité mise à mal par deux scandales consécutifs impliquant ses activités nocturnes que Yann M’Vila est également venu chercher à Kazan ? Le footballeur de 23 ans, espoir déjà déchu du football français, se voit offrir une occasion de se reconstruire dans l’anonymat du football tatare. Pour mieux rebondir bien avant la fin de son contrat en 2017 ?

Dérapages racistes des supporters du Zenit : le foot russe à l’heure des choix

LE PLUS. « Afin de maintenir l’identité du club », l’un des groupes de supporters du Zenit St-Petersbourg a adressé lundi 17 décembre à la direction club une lettre demandant de ne pas recruter de joueurs d’origine africaine et de « minorités sexuelles ». Décryptage par Ronan Evain, chercheur à l’Institut français de géopolitique, spécialiste du supportérisme russe.

article paru sur Le Plus – Nouvel Obs: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/743659-derapages-racistes-des-supporters-du-zenit-le-foot-russe-a-l-heure-des-choix.html

Hulk et Axel Witsel lors du match entre le Zénith Saint-Pétersbourg et le Terek Grozny, le 14 septembre 2012 (O.MALTSEVA/AFP).

En publiant cette semaine le manifeste « Sélection-12 », les supporters du Zenit Saint-Pétersbourg ont couché sur le papier une vision radicale du football.

Basée sur la protection de l’identité pétersbourgeoise et la promotion d’un football responsable, elle cautionne une approche racialiste du sport. Reprenant à leur compte les attentes de nombreux acteurs du football russe, ces supporters ouvrent le débat sur le futur de ce sport dans le pays hôte de la Coupe du monde 2018.

Les supporters, un groupe social influent

Le vieux stade Petrovski bouillonne à chaque apparition du Zenit. Loin du vide abyssal des stades moscovites, il affiche le meilleur taux de remplissage du pays. À Saint-Pétersbourg, où identité du club et de la ville sont intimement liées, on attend d’une équipe qu’elle ressemble à sa ville : blanche, orthodoxe et fière. Et les supporters du Zenit multiplient les incidents racistes, allant du jet de banane aux joueurs noirs à la popularisation du slogan « Il n’y a pas de noir dans les couleurs du Zenit », récoltant ça et là des amendes symboliques.

Si les maux du Zenit sont ceux de la Russie moderne, le football est une formidable caisse de résonance pour ces supporters radicaux. Loin d’appartenir à une quelconque mouvance politique, ils forment à eux seuls un groupe social à part entière, influent au sein de la société pétersbourgeoise.

Structurés en différentes organisations, ils ont su s’ériger en interlocuteurs incontournables et capables de peser sur les orientations de leur club. Le manifeste « Sélection-12 » qu’ils viennent de publier établit en six points les principes qui devraient selon eux guider la sélection des joueurs par la direction du club.

L’argumentaire est construit et laisse paraître des arguments mûrement réfléchis. Le contenu est dicté d’un côté par une vision populaire, participative et utopique du football ; et de l’autre par la demande de mise en place de politiques sportives volontaristes, telles que l’instauration d’un salary-cap ou la chasse aux matchs truqués.

Une vision xénophobe du football

Mais il recèle également une vision xénophobe du football, liée à la récente arrivée au club du brésilien Hulk et du belge Axel Witsel. L’origine de ces joueurs, ainsi que leur couleur de peau, sont perçus comme une menace pour l’identité du club.

En déterminant les pays habilités à fournir des joueurs de qualité au club, le manifeste établit une classification racialiste qui place les joueurs slaves au sommet de la hiérarchie. Et si le refus de voir jouer un footballeur noir sous le maillot du Zenit est sous-jacent, celui d’intégrer un footballeur homosexuel au sein du club est clairement exprimé.

Empêtrée dans ses propres contradictions, la direction du club s’est résolue à condamner une approche du football qu’elle a longtemps soutenue officieusement. Mais en stigmatisant une prétendue minorité bruyante, elle tente de minimiser la portée de ce texte.

Car celui-ci, rédigé par des représentants de différentes mouvances et générations (ultras, hooligans, grand public), a été approuvé par l’ensemble des organisations indépendantes de supporters du club. Loin d’émaner d’un groupuscule fascisant, il est donc représentatif de l’opinion des supporters les plus actifs. Ils y adoptent un positionnement iconoclaste, préférant abandonner un club qui ne serait plus en phase avec leurs idéaux.

Mais la préférence pour les joueurs du cru est-elle une approche xénophobe du football ? « Non, et c’est même une politique soutenue par une partie du monde du football, estime Piara Powar, directeur de FARE network (une organisation basée à Londres luttant contre toute forme de discrimination au sein du monde du football) joint par téléphone. Mais « Sélection-12″ y intègre une dimension discriminatoire en stigmatisant homosexuels et joueurs africains. Si le soutien au football local avait été le seul objectif de ces supporters, ce texte aurait été tourné différemment. »

Un club confronté à un contexte difficile

Cette prise de position s’inscrit dans une période de crise durable dans les relations entre les différents acteurs du football pétersbourgeois, sous l’étroite surveillance de Dmitri Medvedev, supporter de longue date du club.

Les incertitudes sont nombreuses autour du champion de Russie, dont la construction du futur stade s’enlise au bord de la Néva. Initialement prévue pour décembre 2008, la livraison du stade est désormais repoussée à 2016. Gazprom, propriétaire du club, s’étant retiré du projet en janvier 2009, la ville de Saint-Pétersbourg peine à financer la fin des travaux dont le coût total est désormais estimé à 1 milliard d’euros.

À ce sujet, le gouverneur Georgy Poltavchenko s’est attiré les foudres des supporters, en appelant les amoureux du Zenit à contribuer au financement du stade.

Dans ce contexte particulièrement difficile, les supporters du Zenit prennent également le risque de perdre leur légitimité vis-à-vis du club dans un baroud d’honneur face aux bouleversements du football russe. Leur jusqu’au-boutisme a déjà eu raison des excellentes relations qu’ils entretenaient avec la direction du Zenit, après s’être longuement opposés en 2009 au retour de Vladimir Bystrov au sein de leur club.

Le joueur, né à une centaine de kilomètres de Saint-Pétersbourg et formé au Zenit, venait de passer quatre saisons au Spartak Moscou. Refusant de voir revenir celui qu’il qualifiait de « traitre », ils avaient alors mené un long combat contre leurs dirigeants, échouant à les faire plier.

Un championnat longtemps joué en vase clos

Dépassés par l’ampleur des commentaires suscités par leur prise de position, les auteurs du manifeste ont tenu à affirmer leur rejet de toute forme de racisme. Convaincus de la légitimité de leur démarche, ils refusent toute assimilation aux groupuscules néo-nazis qui peuplent les métropoles russes.

De leur point de vue, cette entreprise de communication est un succès puisqu’ils ont provoqué le débat au sein des supporters et mis les autorités du football russe devant leurs responsabilités. Alors que les clubs sont désormais autorisés à aligner sept joueurs étrangers sur le terrain, supporters et autorités sont appelés à choisir entre le maintien d’une politique d’ouverture vers le monde ou le repli sur un football « à la russe ».

Longtemps joué en vase clos, le football soviétique n’a accueilli que quelques rares footballeurs étrangers, issus de pays du bloc communiste. En 1980, alors que certains clubs français comptaient jusque 20% de footballeurs étrangers dans leurs rangs, le Zenit Saint-Pétersbourg enregistrait la signature de son premier footballeur venu de l’extérieur de l’URSS, le finlandais d’origine russe Boris Chukhlov.

Libéralisée avec la création de la « Vischaïa Liga » russe en 1992, l’embauche de footballeurs étrangers va se limiter dans la première moitié des années 1990 aux seuls ressortissants des anciennes républiques soviétiques. L’arrivée des premiers footballeurs brésiliens et africains au cours de l’année 1995 a donc fait figure d’évènement, bien que ceux-ci écopèrent rapidement du surnom de « footballeurs de plage » en raison de leurs faibles performances sportives.

Et dans un football russe à la recherche de perles rares à bas prix dans les années 2000, le Zenit fera office d’exception en concentrant son recrutement sur la Russie et l’Europe centrale et orientale.

Les hésitations des autorités russes

La victoire du club en Coupe de l’UEFA en 2008 avec une équipe quasi-exclusivement issue des anciennes républiques soviétiques marque un tournant dans sa politique de recrutement. Il étend alors sa zone de prédilection, en engageant notamment le français Sébastien Puygrenier en août 2008. Comptant aujourd’hui 48% de joueurs étrangers dans ses rangs, le Zenit fait partie des 20% de clubs européens employant le plus grand nombre de footballeurs internationaux.

La lutte des supporters pétersbourgeois semble donc bien veine, le Zenit étant aujourd’hui un « club global » selon Piara Powar. Si la composition des équipes continue de s’internationaliser, les capitaux investis sont quant à eux exclusivement russes. Des investissements qui ne portent pas leurs fruits, les supporters ne se passionnant pas pour ce spectacle qui stagne à 13.000 spectateurs en moyenne depuis la fin des années 1990.

Le message des supporters du Zenit pourrait avoir des répercussions à long terme s’il devait être repris par les supporters moscovites. Représentant jusqu’à 40% des supporters, hooligans et ultras assurent la majeure partie des revenus de billetterie. À l’heure où les grands clubs s’apprêtent à déménager dans de nouveaux stades, allant jusqu’à tripler leur capacité d’accueil actuelle, les dirigeants du football russe sont contraints de maintenir le lien qui les unit à ces supporters tout en s’engageant sur la voie de la modernisation.

Mais alors que de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’incapacité de la Russie à accueillir une coupe du monde dans un climat de xénophobie ordinaire, les autorités du sport russe hésitent encore entre une politique de lutte active contre toute forme de discrimination et la négociation avec les supporters afin de repousser artificiellement les manifestations de racisme à l’extérieur des stades.

Fiche-pays: Kirghistan

Parent pauvre du football soviétique, le Kirghistan est aujourd’hui encore englué dans les bas-fonds du classement mondial de la Fédération Internationale de Football (FIFA). Coincé à la 200ème place entre Macau et le Sud-Soudan, le football Kirghize reste sous-développé par rapport à ses voisins d’Asie Centrale. Tour d’horizon de l’un des pires championnats au monde.

Derby de Bishkek: FK Dordoi – FK Dynamo 01/11/2012

BISHKEK – Jeudi 1er novembre 2012. La capitale Kirghize accueille un sommet du football local, le derby entre le FK Dordoi et le FK Dynamo. Si l’enjeu sportif ne soulève pas les foules, ce match met en lumière deux approches d’un football en plein reconstruction. Où les matchs se jouent dans la discrétion la plus totale…

Le FK Dordoï, confortable leader du championnat, accueille le Dynamo MVD dans son minuscule stade de la rue Sovietskaya. Si le match est un sommet de la « Top-Liga », la Fédération Kirghize de football brille par son sens du suspens: aucune annonce de l’heure et du lieu où se déroulera le match n’est publiée dans la semaine qui le précède. Au matin du match, celui-ci est supposé se dérouler à minuit le jour même, à en croire le site internet de la Fédération.

Du côté de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) et l’AFC (Confédération Asiatique de Football), le match est bien annoncé, mais sans date ni horaire. Seule source d’information fiable: le standard téléphonique de la Fédération, qui confirme l’horaire du match: 15h30. Pas de quoi attirer les foules en pleine semaine, mais le stade ne semble pas être suffisamment bien éclairé pour y organiser une rencontre nocturne. Si l’enceinte est de construction récente, sa taille est proportionnelle à l’intérêt des habitants pour le football local. Ce sont ainsi 45 spectateurs qui remplissent péniblement son unique tribune pour ce match décisif, à deux journées de la fin du championnat. Public de spécialistes, composé de femmes de joueurs, de jeunes joueurs du cru sortant de leur entraînement du jour et de vieux messieurs profitant de la gratuité du match pour venir croquer leurs graines de tournesol au frais.

L’entrée du stade se fait par l’arrière d’un magasin de sport qui borde la route. Pas de billetterie ni de contrôles de sécurité, les spectateurs vont et viennent à leur gré et les remplaçants sortent du stade pour aller accueillir leurs familles. Un simple coup d’œil à l’échauffement des joueurs permet de comprendre que nous sommes ici très loin des standards mondiaux en matière d’élite footballistique. Mélange de nonchalance et de jeux d’enfants, la préparation des joueurs manque cruellement d’encadrement technique.

Joueurs du Dynamo avant le match

Ici, on ne s’encombre pas plus avec la feuille de match qu’avec la billetterie. Il faudra donc visiter les sites internet des deux protagonistes du jour pour découvrir une différence de taille dans leurs effectifs respectifs: alors que le Dynamo ne compte que des joueurs kirghizes dans ses rangs, le FK Dordoi s’est attaché les services de plusieurs joueurs étrangers, venus de Russie, du Ghana, du Brésil ou du Cameroun. L’entraîneur de l’équipe Sergei Dvoryankov est également russe. Fort de ses excellents résultats depuis son arrivée à la tête de l’équipe en 2009, il a été nommé en parallèle sélectionneur de l’équipe nationale du Kirghistan en septembre 2012.

Dordoi Bazar, Bishkek

Une rapide discussion avec l’un des rares spectateurs présent 30min avant le coup d’envoi permet de comprendre la différence de moyens entre les deux clubs. Le FK Dordoi appartient au groupe Dordoi Association, propriétaire notamment du Dordoi Bazar, plus grand marché de détail d’Asie Centrale et poumon économique du pays, ainsi que d’innombrables supermarché, restaurants et sociétés de services. Une puissance économique qui permet au club de salarier plusieurs de ses joueurs, bien que la Top-Liga Kirghize soit officiellement un championnat amateur. Daniel Tagoe, attaquant ghanéen, expliquera lors d’un bref entretien gagner l’équivalent de 2000EUR/mois, soit un excellent salaire selon les standards locaux. Cette politique sportive semble porter ses fruits, avec 8 titres de champions depuis la création du club en 1998, ainsi que 5 coupes du Kirghistan et 2 titres continentaux, faisant du club l’un des poids lourds de la Coupe du Président de l’AFC, réservée aux équipes issues des 17 championnats les plus faibles de la Confédération asiatique. Né à Naryn, ville du Centre du pays située à 200km au Sud de Bishkek, le club a été régulièrement rebaptisé en 15 ans d’histoire. Il a adopté le nom actuel suite à son déménagement dans la capitale en 2010, à quelques encablures du Dordoi Bazar.

A l’inverse, le Dynamo est un club amateur, propriété d’une structure associative héritée de son histoire soviétique. Créé en 1931 sous le nom de Dynamo Frunze (nom de la ville de Bishkek de 1926 à 1991), le club omnisports est une émanation de la Société sportive soviétique Dynamo (Спортивное общество «Динамо») lancée en 1923 par Felix Dzerzhinsky sous le patronage de la GPU (police politique). Première société sportive soviétique, Dynamo se développe rapidement dans toutes les Républiques soviétiques. Soutenu tout au long de leur histoire par les autorités (GPU, puis NKVD et KGB), les clubs qui lui sont affiliés connaissent un succès constant jusqu’à la chute de l’URSS. En football, on peut notamment citer le Dynamo Moscou et le Dynamo Kiev, figures de proue du football soviétique. Le Dynamo Frunze remporte 4 titres de champions de la RSS Kirghize, avant d’être rebaptisé FK Dynamo Bishkek en 1992. Il changera ensuite 7 fois de nom, au rythme des changements de sponsors, remportant 3 titres nationaux à la fin des années 1990. Après avoir brièvement disparu suite à d’importantes difficultés financières en 2003, le club s’appelle aujourd’hui FK Dynamo MVD Bishkek et parvient à rivaliser avec les meilleures équipes du championnat.

Entrée des joueurs

Ce sont donc deux approches du football post-soviétique qui s’affrontent ce 1er novembre 2012. Et si peu de monde semble sans soucier, le protocole quelque peu excessif à l’entrée des joueurs rappelle aux spectateurs qu’ils s’apprêtent à assister à un match d’importance. Le FK Dordoi n’hésite en effet pas à faire entrer les joueurs sur l’hymne de la Ligue des Champions de l’UEFA (Union Européenne de Football Association), accompagné par de jeunes joueurs du club portant le drapeau de la FIFA et suivi de l’hymne national Kirghize. Ici, pas de fanfare, mais une sono bien laborieuse.

Porte-drapeaux de la FIFA

Le match se met en place rapidement, sous la domination du FK Dordoi. Si le jeu n’a rien de spectaculaire, les joueurs semblent bénéficier d’une bonne condition physique. Le match est dirigé par un arbitre international kirghize, selon un dirigeant du club. Côté tribune, l’apathie domine. Seuls quelques jeunes hommes donnent ponctuellement de la voix. Les entraîneurs, eux, peinent à se faire entendre en raison du fort trafic sur la rue Sovietskaya qui borde le stade. Tout cela n’empêche pas le FK Dordoi de rapidement dominer les débats, terminant la première mi-temps sur le confortable score de 3-1.

Sur le chemin des vestiaires, quelques journalistes locaux parviennent à interviewer les joueurs. L’ensemble du match sera d’ailleurs filmé avec une seule caméra, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agissait d’un journaliste ou d’un employé du FK Dordoi. La seconde mi-temps sera l’occasion pour le cameraman de saisir 3 buts supplémentaires, pour un score final de 5-2. Le FK Dordoi confirme ainsi sa domination du championnat Kirghize et se positionne pour un neuvième titre de champion.

Action de jeu
second plan: rue Sovietskaya

Sans public, sans communication, sans enjeu, ce match est symptomatique du marasme dans lequel est plongé le football Kirghize, incapable de rattraper un retard structurel accumulé pendant 60 ans de football soviétique. Le FK Dordoi, sûr de sa domination financière et sportive, devrait continuer à récolter l’essentiel des trophées nationaux sans pour autant participer au développement du football kirghize. Faute de réelle opposition, le club du bazar restera encore longtemps roi d’un championnat de pacotille.

 

Vorota !

Carnet de recherches sur le terrain (espace post-soviétique) dans le cadre d’une deuxième année de doctorat en géopolitique (Institut Français de Géopolitique – Université Paris 8) et de sciences politiques (Université d’État des Sciences Humaines de Russie – RGGU, Moscou).